NTM erci ! - ABIA MAG - Fanzine papier et digital. Actualité locale et internationale en matière de Street-Culture, Motors, Sport & Entertainement.
4908
post-template-default,single,single-post,postid-4908,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode_grid_1200,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

NTM erci !

Franchement, c’est par ce simple mot que je commencerai cet article !

Merci Didier Morville et Bruno Lopes pour la prestation de ce soir. Franchement, vous n’avez rien à prouver à personne et pourtant, j’ai vu un show mené à 300 %. C’est ce qui fait la marque des Grands, peu importe la couleur musicale.

On peut aimer, ou pas, chacun est libre, mais ce soir, j’ai vu des Artistes. Je pense même que ce que j’ai, vu, ce que j’ai vécu, à incommensurablement dépassé ce que j’espérais.

On a tous en tête le live de 98, perle musicale absolue, condensé d’énergie et de rage pré millenium. Vu et revu, usé, rayé jusqu’a la corde, ce live au Zenith sortit en 2000 et reprenant deux dates phares de la tournée 98 reste probablement le symbole de ces trente années de carrière.

NTM allaient-ils être encore une fois à la hauteur de cette légende ? Se poser cette question c’est bien mal connaître le Suprême.

Vous pensiez réellement qu’ils allaient faire une tournée  » d’adieu  » pleurnicharde et romantique ? Ces deux, c’est le feu qui les anime, ce feu intérieur de la prestation, et même si, aujourd’hui tout doit aller plutôt pas mal pour eux, ils n’ont rien perdu de toute cette hargne scénique qui à toujours été la signature NTM.

On peut se demander comment Joey Sta2r arrive encore à pousser sa voix à ce point sans y laisser son pharynx à chaque concert , et pourtant, il donne sans compromis, sans retenue, le live c’est sa vie. Kool Shen lui reste fidèle à son image et la rhétorique des rimes, le jeu de dualité de caractères, de feeling reste intact comme au premier jour.

Hey, les gars, on est pas à un concert d’IAM, ici c’est NTM.

Les premières notes vous prennent au tripes et elles ne vous lâchent plus, tous les morceaux sont réarrangés sans être dénaturés, les breaks DJ sont magistraux, et pire que tout, les morceaux  » new school  » explosent tous les rapeurs en devenir au point d’avoir conquis un public de quarantenaires probablement très éloignés de la trap commerciale actuelle.

C’était un peu,  » hey, les gars, vous voulez nous faire croire que notre style est dépassé et que vous avez brisé nos codes pour vous les approprier ? On va vous montrer qui sont les patrons !  »

Alors oui, NTM c’est les patrons, hier, aujourd’hui, demain… et si cette tournée est la dernière, et bien tan pis, tan mieux, peu importe.

Ce qui est certain c’est que si c’est vraiment la Der, et bien elle à été pensée à la perfection. Que ce soit la scène, les visuels, les arrangements, il n’y a aucunes fausses notes. Le NTM était bien là, et sincèrement, MERCI

Je me souviens encore de ce final IV MY PEOPLE de 98, putain les cons, ils ont remis cela. Respect !

Jim
jim@pulp68.com