Le sport automobile est mort... - ABIA MAG - Fanzine papier et digital. Actualité locale et internationale en matière de Street-Culture, Motors, Sport & Entertainement.
4686
post-template-default,single,single-post,postid-4686,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode_grid_1200,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Le sport automobile est mort…

Enfin, c’est ce que l’on essaye de nous faire croire, car l’automobile est devenue la paria de nos villes. Les voitures c’est le passé, c’est même dépassé, cela n’intéresse plus personne, Aujourd’hui l’important c’est le vélo à charbon ou le vélo nucléaire !

Qui pourrait bien s’intéresser à des voitures qui font du bruit et roulent vite sur des chemin mal entretenus. C’est de l’histoire ancienne…

Ou pas…

Lorsque l’on arrive à Gap pour le départ du Rallye Monte-Carlo catégorie WRC et qu’il y a 100’000 personnes le long du tracé de présentation on comprend très vite que malgré les position politiques largement orientées la réalité est toute autre.

Alors non, le sport automobile n’est pas mort, loin de là, et même si des catégories comme la Formule1 sont aujourd’hui beaucoup moins passionnantes, le public est toujours au rendez-vous.

Après quelques années de disette, le Rallye ( WRC ) est redevenu bestial. Les voitures sont travaillées et monstrueuses, la vitesse est revenue malgré la limitation de la cylindrée et le son des échappements, lui aussi réglementé fait vibrer les foules.

On se croirait revenu dans les années 80. Que ce soit de la part des véhicules bodybuildés ou de la part des spectateurs réunis en masse à chaque virage.

Des centaines de spectateurs amassés sur les routes, les chemins, à chaque épingle des milliers de camping cars venus de toute l’Europe échangeant des points de vue autour d’un feu, en attendant de voir débouler ces gladiateurs modernes et leurs chevaux de feu.

Non, le sport automobile n’est pas mort, au contraire, il entraine dans son sillage des milliers de passionnés, bravant le froid et la météo pour quelques secondes de plaisir à chaque passage.

Les pilotes sont si proches, que même après 1000 kilomètres de lutte intense sur des routes piègeuses et parfois enneigées , le vainqueur à 2,2 secondes d’avance sur ses poursuivants,

Non le sport automobile n’est pas mort, il est plus vivant que jamais, il est une passion que ne s’éteindra jamais, et lorsque l’on voit la manne financière que représente ces spectateurs venus de parfois très loin, il faudrait être vraiment débile ou inconscient pour l’interdire.

La fréquentation de l’édition était de 235’000 personnes, il est estimé à plus de 250’000 pour l’édition 2019 avec des retombées calculées à 9,4 M€…

Sinon, au niveau d’un match St-Gall Servette, on en parle ?

Jim
jim@pulp68.com