Johnny, je t'en veux ! - ABIA MAG - Fanzine papier et digital. Actualité locale et internationale en matière de Street-Culture, Motors, Sport & Entertainement.
1394
post-template-default,single,single-post,postid-1394,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode_grid_1200,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Johnny, je t’en veux !

Je t’en veux parce que j’avais vraiment décidé de passer une soirée comique. D’aller voir des hordes de t-shirts avec des loups hurlant à la lune, des vestes à franges et des mullet de compet. Il n’en à rien été.

Johnny est au rock’n Roll, ce que Guetta est à l’électro, de toute manière il est bourré, et puis ce n’est pas lui qui chante.

Même chez les soixantenaires il y a des haters, c’est dire.

A la place de ce grand cirque du rire, je me suis laissé entraîner dans ce concert incroyable. Mais autant vous le dire tout de suite, je déteste Johnny Halliday, ce n’est donc pas un post de fan. Juste un post objectif face à une bête de scène.

Je l’avoue, au début je me suis un peu fait chier, beaucoup de chansons pour les fans, les vrais, ceux qui le suive, pas ceux qui le regarde. Des chansons jamais entendues ou presque, on est là pour croiser les bras bordel. Elle est ou Gabrielle?

Mais Johnny sais comment ça marche, c’est un mec qui a 50 ans de scène. La recette, faire monter la pression et l’ambiance. Pas besoin de mode d’emploi, c’est lui qui l’écrit !

Oui, Johnny, je t’en veux, j’étais venu pour me marrer, et j’ai aimé. Des musiciens incroyables, un show réglé à la seconde près, une prestation magistrale devant une foule totalement conquise, comment ne pas se faire emporter dans cette vague de rock ?

Bien sûr, on pourra toujours et encore critiquer, Johnny est une cible facile et je ne m’en prive pas, par contre, à un moment faut arrêter de déconner. Ce mec est un monstre et il fait partie des grands, des tout grands.

On a le droit de ne pas aimer, mais quel mec, quel public, quelle osmose, à un moment ça force juste le respect.

Ok ce n’est pas le seul à monter sur scène à 70 balais, mais il en fait partie et c’est quand même assez dingue.

Ouais, j’y étais allé pour me moquer et au premier accords de ses tubes j’avais envie de chanter. Merde ! Je déteste Johnny et me voilà avec les bras croisés pour refuser de mourir d’amour enchaîné.

Surtout qu’avec les guitares, les choristes et en y ajoutant un orgue Hammond et un harmonica ça sonne putain de bien !

Car oui, Greg Zlap’s à tenu tout le paléo à lui tout seul le temps d’un solo…

Merde, c’était bien ! Bordel !

On s’est souvent moqué de cette génération pour leur recherche d’une identité américaine, et bien moi je dis bravo. Quand tu as poussé cette passion à ce tel niveau, sublimé cette culture, ses codes, que tu as fais autant d’heureux et tout donné à ce point, que tu as passé ta vie sur scène avec les excès que cela comporte et quand à 70 ans tu es toujours debout à allumer le feu et bien moi je m’incline !

Et puis, toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du blues !

Chapeau bas Mr Smet !

si vous aviez hésité, il vous reste l’Aréna les 2 et 3 novembre 2015.

IMG_8058_2

 

 

 

 

Jim
jim@pulp68.com